BD

  • Le chevalier au Dragon

    Le chevalier au dragonAuteur : Emanuele Arioli

    Dessinateur : Emiliano Tanzillo

    Genre : BD - Légende Arthurienne

    Résumé : Ve siècle. Dans la Grande-Bretagne déchirée par les guerres, le roi Arthur se lève pour rassembler les peuples celtes. "Un royaume, un roi, une foi ! " proclament fièrement les Chevaliers de la Table Ronde. Cependant, cette noble quête de paix entraîne le bannissement des anciens cultes et des traditions magiques... Loin de ces tumultes, au coeur des Terres Libres, un jeune Celte aux énigmatiques yeux vairons découvre qu'il est le fils d'une puissante magicienne. 
    Aura-t-il l'audace d'accepter son destin et de partir vers l'inconnu ? S'embarquera-t-il dans une quête hors du commun... à la recherche du Graal ? Le Chevalier au Dragon est le fruit d'une prodigieuse découverte historique réalisée par Emanuele Arioli. Après une incroyable quête menée pendant une décennie dans toute l'Europe, il a réussi à reconstituer un texte perdu depuis près de sept cents ans relatant la légende du roi Arthur. Tel un puzzle colossal, il a assemblé des dizaines de manuscrits, dévoilant ainsi, des siècles après sa création, le destin mystérieux d'un héros méconnu de la Table Ronde : le Chevalier au Dragon ! Cet univers épique et merveilleux prend maintenant vie grâce aux talents d'Emiliano Tanzillo qui l'a illustré avec éclat.

    Avis : Un visuel magnifique qui correspond très bien à l'histoire. Et qui reflète l'ambiance de la fin de l'antiquité et début moyen-âge avec une coloration assez varier. J'ai adoré le dessin des yeux des personnages qui ressorte à merveille sur les gros plans et qui transmet les émotions.

    J'apprécie vraiment que ce soit un one-shot et qu'il soit épais. Je ne suis pas une fan de Bande Dessinée qui contient beaucoup de tomes. Et elle est plus épaisse qu'une simple BD, on a donc le plaisir d'être dedans sur un peu plus longtemps.

    Étant une amoureuse des mythes Arthurien et de ses revisites, j'ai été très contente de découvrir un nouveau chevalier. Ce qui nous change grandement des autres mythes arthuriens qui peuvent devenir répétitif et qui montre qu'on ignore encore beaucoup de choses sur les histoires de la table ronde. Cependant, on a aussi des références de différentes mythologique comme grecque ou nordique. La première page est une intro qui nous met dans le contexte, en nous faisant remonter le temps jusqu'au Vème siècle, dans une Angleterre qui n'existe pas. Ce qui met directe dans l'ambiance. En raison que c'est inspiré d'une histoire du moyen-âge, on retrouve quelque code et valeur de l'époque, comme des croyances, des rôles des femmes et les valeurs de chevaliers. Et tout ce mélange, montre un univers bien éloigné où on plonge en souhaitant en savoir plus.

    L'histoire est principalement axée sur de l'aventure, mais ça ne l'empêche pas d'avoir une pointe d'humour et une légère romance.

    Maë

  • Le jardin, Paris

    Le jardin, ParisAutrice : Gaëlle Geniller

    Genre : BD - Roman graphique

    Résumé : Années 1920. Rose est un garçon, et comme toutes les filles qu'il fréquente depuis sa naissance au cabaret dirigé par sa maman, il veut danser. Avec ce second livre, l'autrice de 24 ans, Gaëlle Geniller, frappe fort. "Le Jardin" est un cabaret parisien au succès grandissant dirigé par une femme. Toutes celles qui y travaillent ont un nom de fleur et l'ambiance y est familiale. Rose, un garçon de 19 ans, est né et a grandi dans cet établissement. Il souhaite à son tour être danseur et se produire sur la scène, devant un public, comme ses amies. Il va rapidement en devenir l'attraction principale.

    Avis : Ce roman graphique est remplis de douceur et de bienveillance, et qui porte un nouveau regarde sur l'identité des genres. L'autrice aborde un sujetCoup de coeur fort avec une telle positivités qu'on ne peut que savourer la lecture en la dévorant en un rien de temps. On plonge des les premières pages dans un cabaret du nom de "Le jardin" et des femmes toutes différentes aux noms fleurs qui est une magnifique métaphores de la diversité des femmes. Et notre protagoniste, Rose, a grandi remplis d'amour, de bienveillance et de la liberté d'êttre lui même. Ce qui m'a touché, encore plus quand on découvrir le regard qui porte au monde et sur les femmes. Spoiler ➡️Une citation le montre parfaitement --> "-De toute évidence, la position des hommes diffère complètement de celle des femmes. Pourquoi, grand Dieu, vouloir renoncer à votre statut en vous attifant de cette façon, jeune rose ? -Vous croyez qu'on y renonce en enfilant des robes ? S'il suffisait de mettre un pantalon pour être correctement traité, vous penserez bien que toutes les femmes brûleraient leurs jupes, vieux Monsieur." Mais, ce n'est pas tout, Rose a travers qu'il est, il et elle, met aussi en avant la communauté LGBTQIAA+. Mon coeur a fondu pour un personnage qui partage sa joie son grand coeur. J'espère une suite, découvrir un peu plus sur Rose, mais aussi sur l'évolution du Cabaret "Le jardin"ainsi que sur ses fleurs.

    Un style de graphique très dans les années folles, ce qui fait encore plus ressortir l'époque de l'histoire, et nous plonge encore plus dans le récit. Une immersion visuel totale, avec des couleurs qui évoluent au fils de l'ambiance et des planches pour briller de mille et une couleur.

    Ce livre m'a royalement conquis, ce fut un véritable coup de coeur. Et je le conseille à tout le monde.

    Maë

  • Kleos, Intégrale

    KleosAuteur : Scénariste - Mark Eacersall et Serge Latapy

                   Dessinatrice - Amélie Causse

    Genre : BD - Conte initiatique

    Résumé : " Une puissante aventure initiatique, un hommage aux conteurs et aux récits fondateurs.” 499 av. J.-C.–Jeune Grec idéaliste, Philoklès est bercé par les récits de L’Iliade et L’Odyssée dont il connaît chaque vers. Lorsque des pirates pillent son île, Philoklès s’indigne du manque de courage des hommes de sa communauté et décide de prendre seul la mer afin de se venger des agresseurs. Parti pour connaître une gloire éternelle (kleos aphthiton), le jeune héros comprend vite que tout ne se passe pas comme dans les récits homériques…

    Avis : Nous nous révons tous à être l'un des personnages de nos livres. Et bien cet fois-ci, à travers les pages Kleos nous découvrons qu' il vaut mieux être le conteur, car une vie de héros dans la réalité n'est jamais simple. Et encore moins à cet époque en grèce. Chacun connait la mythologie grecque ou encore les mythes d'Homère, mais il est rare de se plonger sur l'influence qu'on eu ces histoires à l'Antiquités. C'est ce qu'offre la BD qui est très fidèle par les tenus, les coutumes, l'époque où se déroule l'histoire. 

    Notre protagoniste est plein de courage, de rêve de gloire ainsi que de l'Iliade et l'Odyssé dans la tête. Hélas, ça ne se passe pas comme il l'avait prévu. La dure réalité le rattrape. Les épreuves qu'ils va affronter vont le façonner. C'est un lecture pour un public adulte et averti, en raison de certain sujet dont  traite la BD, comme l'esclavage et le viol. 

    Le style de la dessinatrice est super captivant. Elle représente à merveille les expressions des personnages ainsi que les situations sans texte ce qui offre une deuxième lecture. On a principalement une colorisation dans les tons chauds.  Je conseille de lire deux fois la BD, la première avec le texte et découvrir l'histoire, puis une deuxième pour savourer une lecture à travers les dessins d'Amélie Causse.

    J'ai appris que d'origine, elle avait été prévus pour être couper en 2 tomes. Cependant, je préfère ce format intégrale qui permet de profiter pleinement de l'histoire. On ne se retrouve pas éjecter de l'histoire par la fin d'un tome, ce qui est des fois trop court à mon goût. J'apprécie beaucoup l'intégral. 

    Maë

  • Blanc autour

    Blanc autourAuteur : Wilfrid Lupano et Stephane Fert

    Genre : Bande dessinée historique

    Résumé : 1832, Canterbury. Dans cette petite ville du Connecticut, l'institutrice Prudence Crandall s'occupe d'une école pour filles. Un jour, elle accueille dans sa classe une jeune noire, Sarah. La population blanche locale voit immédiatement cette « exception » comme une menace. Même si l'esclavage n'est plus pratiqué dans la plupart des États du Nord, l'Amérique blanche reste hantée par le spectre de Nat Turner : un an plus tôt, en Virginie, cet esclave noir qui savait lire et écrire a pris la tête d'une révolte sanglante. Pour les habitants de Canterbury, instruction rime désormais avec insurrection. Ils menacent de retirer leurs filles de l'école si la jeune Sarah reste admise. Prudence Crandall les prend au mot et l'école devient la première école pour jeunes filles noires des États-Unis, trente ans avant l'abolition de l'esclavage.

    Avis : J'avais beaucoup entendu parler de cette bande dessinée, et que des éloges. J'ai commençais la lecture avec un grand plaisirs. Une histoire très forte, qui est inspiré de fait réelle. On a en plus un bonus à la fin qui expliqué un peu plus la vie de ses jeunes filles qui fut pensionnaire dans cette école. On parle d'un sujet important, qui ne faut pas ignorer. On apprend aux fils des pages la conjoncture de l'époque avant la guerre de sécession, avec une explication entre les différents états. On s'attache très vite aux jeunes filles, et aux difficulter qu'elle rencontre. Pourtant, elle s'accroche et garde espoir, ce qui est magnifique message. Les dessins sont magnifiques avec des traits assez leger et des couleurs chaude. Le style est très épuré, pourtant il en raconte énormément. Il a pas besoin de dialogue, les planches sont très narratives.

    Maë

  • Spirite, tome 1 : Tunguska

    Spirite tome 1 tunguskaAutrice : Mara

    Genre : Bande dessiné urbain fanatsy

    Résumé : La chasse aux fantômes est un sport dangereux, surtout quand on ne sait pas qui est le chasseur et qui est le chassé. Dans le New York des années 1930, Ian Davenport, timide jeune chercheur en spiritologie qui traque mais surtout étudie les fantômes, voit son mentor et ami Boris Voynich se faire assassiner sous ses yeux dans des circonstances étranges. Il se retrouve alors propulsé dans une sombre histoire de meurtres inexpliqués qui semblent ne cibler que ses confrères spiritologues. Seul, désespéré, rejeté par la police qui ne le prend pas au sérieux de par son métier peu crédible, il décide de chercher de l’aide auprès des journalistes d’une rubrique paranormal d’un grand journal New York. Là, il y rencontre Nell Lovelace, une jeune femme sceptique au caractère bien trempé, qui accepte à contrecœur de l’aider. Ensemble, ils vont tenter de percer le secret de cette affaire de meurtres, qui semble liée à la terrible explosion d’origine mystérieuse de Tunguska en 1908, contrée perdue de la Sibérie profonde.

    Avis: Après moulte péripéthie pour avoir la bande dessinée, je me suis jetée dessus des que je l'ai reçu. C'est un tome 1 qui pose les bases de son intrigue des les premières pages, pour enchainer ensuite très vite sur les péripéthies de nos personnages. Et en parlant d'eux, j'avais l'impression de voit Milo du dessin animée Atlantique dans Ian Davenport. C'est un protagoniste qui parait désacorder avec son corps, et tout le monde le voix comme un illuminer, alors qu'il a raison. Le tout à saisonner d'une pointye de ghostbuster dans les années 1931. Ce qui donne une histoire original dans l'univers de la BD, avec ce graphique. On sent aussi que l'artiste à fait des recherches, car les tenus, les accéssoires... respectent à merveilles son époque. Ce qui m'a le plus charmé dans le style de dessin, c'est les expressions faciale des personnages avec beaucoup de détails lors des gros plan. Il a une grande diversité très réaliste, et certaine me font bien rire par rapport au situation. Et petit bonus vraiment merveilleux, le carnet de croquis à la fin du personnage principal qui apporte un plus dans l'univers. 

    Maë

  • Spirite

    Autrice : Mara

    Genre : Fantasy

    Résumé :

    « La chasse aux fantômes est un sport dangereux, surtout quand on ne sait pas qui est le chasseur et qui est le chassé.

    Dans le New York des années 1930, Ian Davenport, timide jeune chercheur en spiritologie qui traque mais surtout étudie les fantômes, voit son mentor et ami Boris Voynich se faire assassiner sous ses yeux dans des circonstances étranges. Il se retrouve alors propulsé dans une sombre histoire de meurtres inexpliqués qui semblent ne cibler que ses confrères spiritologues. Seul, désespéré, rejeté par la police qui ne le prend pas au sérieux de par son métier peu crédible, il décide de chercher de l’aide auprès des journalistes d’une rubrique paranormal d’un grand journal New York. Là, il y rencontre Nell Lovelace, une jeune femme sceptique au caractère bien trempé, qui accepte à contrecœur de l’aider. Ensemble, ils vont tenter de percer le secret de cette affaire de meurtres, qui semble liée à la terrible explosion d’origine mystérieuse de Tunguska en 1908, contrée perdue de la Sibérie profonde. »

    ____________________________

    Avis :

    J’avoue que je suis un peu paumée en ce qui concerne les BD. Je ne sais pas trop comment en parler.

    Bon. D’abord, j’ai été attirée par cet ouvrage grâce à la fameuse Pikiti Bouquine qui en avait parlé dans ses stories sur Instagram. Et j’ai eu un coup de foudre pour la couverture. Rien de plus simple. J’ai adoré le rendu laissé par les bordures dorées, le design des personnages, le fond…

    Et puis, le résumé avec les fantômes a fini par achever mes réticences et je suis allée me le procurer de suite. Petite anecdote : les BD en général sont beaucoup plus grandes que les romans. Et bien, lors de mes recherches dans les rayonnages, je suis passée au moins 2 fois devant sans l’avoir repérée. Si ça fait pas pitié ça…

    Au final, quand j’ai ouvert cette œuvre, je me suis fait happée dans une histoire de vengeance, de mystères, de fantômes et de meurtres. Les personnages sont attachants (surtout notre protagoniste masculin, inventeur hors pair). Le style de dessin m’a vraiment plu, c’est très « dessin animé ».

    Après, ce 1er tome est vraiment un tome introductif. Il ne se passe pas grand-chose en soit à part l’introduction des personnages et de l’intrigue. Et puis, niveau originalité, je ne dirais pas que c’est spectaculaire non plus. La BD se fait sur des connaissance de bases par rapport aux spectres etc.

    Ce que j’ai adoré par contre, c’est le carnet de croquis à la fin. Je crois que j’ai un faible pour les dessins ayant un style « brouillon ». Je trouve ça tellement agréable à observer. Cette petite section a été en tout cas un très bon bonus.

    ________________

    En conclusion, cette BD est parfaite pour le thème de Halloween et reste très sympathique à lire.

    Alex

  • Francis

    FrancisAutrice : Loputyn

    Genre : Fantasy

    Résumé : Métillia néglige ses devoirs de sorcière pour faire la fête et profiter de sa jeunesse. Désormais, peu de temps la sépare de l'épreuve la plus importante de sa vie de sorcière, mais elle n'a pas réussi à prendre en main son destin. Toutefois, la toute dernière nuit, le destin lui offre une rencontre favorable pour renverser la situation : Francis, un esprit paresseux, mesquin et vicieux avec un vrai corps, qui aime prendre l'apparence d'un renard. Mais le temps presse et la nuit touche à sa fin. 

    Avis : Une histoire très courte, mais qui prend le temps de faire voyager les lecteurs. L'histoire se suffit à elle-même. S'il y avait une suite, ce serait intéressant de découvrir un peu plus sur le chemin que décide d'emprunter le personnage principal. J'ai pris plaisir à découvrir une sorcière qui n'était pas vraiment diabolique, ni méchante. Bien au contraire ! Il est vrai que c'est un personnages qui renferme une part d'ombre, mais on comprend facilement les émotions qui dictent sa conduite, dont la jalousie. L'histoire peut donner l'impression d'un conte, mais pas pour enfant, vu les scènes intenses et parfois avec un regard d'adulte. Les couleurs font penser à l'automne, ce qui m'a permis de savourer le livre en cette saison où Hallowen approche. Les détails sont très précis sans qu'il n'y en ai trop. 

    Je vais peut-être paraître bizarre, mais j'ai aussi pris plaisir à sentir l'odeur du vieux papier et sa texture granuleuse et épaisse. On a l'impression de tenir un ancien livre. En sachant que la maison d'édition s'est engagée avec du papier recyclabe, ce que je trouve formidable. 

    Maë

    _____________________________________

    Je ne vais sans doute pas paraître d'une grande originalité mais mon avis rejoint en pas mal de points celui de Maë! Petite anecdote : j'étais partie en librairie dans l'idée d'aller me procurer la magnifique BD qu'est Mercy mais en voyant le sublime livre-objet qu'est Francis, je n'ai pas su résister et j'ai jeté mon dévolu sur cette oeuvre.

    Premièrement, je suis d'avis que le papier est très agréable à toucher et sans doute à sentir? (Je vais de ce pas vérifier!) De plus, savoir que c'est du recyclé, c'est encore plus satisfaisant. 

    Deuxièment, je suis complétement fan de ce style de dessin. C'est d'une beauté! Les couleurs pastels ne font qu'ajouter du charme. Aussi, je me dois de vous conseiller de faire un tour sur la page de l'artiste qui fait des illustrations parfaites pour l'ambiance automne.

    Dernier point, l'histoire est en effet ressemblante aux contes! Il y a effectivement des scènes qui pourraient être qualifiées d'intenses mais rien de très vulgaire. L'ambiance Halloween, un peu sombre, est en tout cas au rendez-vous avec ce bouquin : particulièrement vers la fin, avec une scène très "sorcellerie" et "rituels démoniaques".

    En tout cas, je vous recommande Francis si vous voulez passer un petit moment tranquille sans prise de tête ambiance sorcière! Ou juste si vous voulez vous rincer les yeux avec de belles illustrations! A vous de voir.

    Alex

  • Blanche neige

    Blanche neige bdAuteurs : Lylian, Nathalie Vessillier et Rozenn Grosjean

    Genre : Bande dessinée Conte

    Résumé : Il était une fois… En plein hiver, une reine qui cousait et qui, se piquant le doigt, émerveillée par ce sang sur cette neige qui tombait, laissa vagabonder son esprit, souhaitant avoir un enfant aussi blanc que la neige, aussi vermeil que le sang et aussi noir de cheveux que l’ébène. Bientôt, cette reine eut une petite fille qui répondit exactement à ses souhaits. Elle l’appela Blanche-Neige…

    Avis : L'histoire de cette bande dessinée est fidèle au conte original des fréres Grimm, ce qui est une grande joie, quand on est comme moi, pas une fan de la version Disney. La bd est en 1 tome avec 80 pages qui suffis ample à ralater l'histoire complète et développer de ce conte, qui relate l'évolution d'une enfant, qui va devenir femme. Sans oublier les couleurs très douces, colorés avec des dessins précis, le graphisme est sublime. c'est ce qui m'a attiré en premier dans cette bande dessinée, et je vous le conseille si vous souhaité connaitre la version des frères Grimm sans lire le livre.

    Maë

  • Le Oki D'Odzala

    Le oki d odzalaAuteur : A Dan

    Genre : Fantastique 

    Résumé : Clémence, spécialiste des gorilles au Congo-Brazzaville, effectue sa dernière mission faute de financements. Les primates y sont menacés par le virus Ebola et le braconnage. Mais Clémence a un espoir. Il y a quelques années, elle a photographié un gorille blanc qui, à en croire les données génétiques ne devrait pas exister. Si elle parvient à en prouver l'existence, cela permettrait de débloquer de nouveaux fonds de recherches. Au coeur de la fort équatorial, Mickey, un adolescent malingre, chercher à venger sa famille d'un chef de gang de braconniers. Quitte à faire appel aux sorciers vaudou et à invoquer l'esprit du Oki, le Grand Gorille Blanc.

    Avis : La couverture est vraiment intrigante, c'est ce qui m'a attiré. Je suis très difficile en bande dessiné, d'un point de vue graphique. Le Oki d'Odzala m'a un peu déçu par son coté dessin brute, on y trouve peu de détail. Les couleurs sont cependant top et il n'y a presque pas de blanc. 

    Quand à l'histoire, elle est très belle et très réaliste d'un point de vue humain. Les personnages principaux comme secondaires sont peu développés, mais ça ne me choque pas, car tout tourne autour de la légende d'Oki, le gorille blanc. L'un des atouts de la BD rese la découverte d'une autre culture, d'un autre point de vue, mais aussi les dangers que subissent les animaux. Sans oublier, que lorsqu'ils parlent anglais ou autre, on a la traduction. Elle se lit très vite.

    Maë

  • Le château des étoiles

    Auteur : Alex Alice

    Genre : Steampunk

    Mon Avis : Le steampunk est un genre que j'adore, je trouve dommage qu'il n’en ait pas beaucoup en littérature. C'est la première fois, que je vois une bande dessinée faite à l'aquarelle, si je ne me trompe pas, car je ne m'en connais pas en dessin. Mais c'est la première fois que je vois une bande dessinée fait comme ça, ce qui attire. On voit beaucoup de couleur froide aussi. D'origine, l'histoire est format journal, donc pour trois journaux = une bande dessinée. Ce qui oblige d'attendre plus longtemps, pour avoir la suite.

    Mais je trouve que l'histoire surpasse encore plus, pour tout fan de steampunk en retrouve d'incroyables mécaniques qui fonctionne avec l'esther, et pour ceux qui ne connaisse pas, pas d'inquiétude, la bande dessinée expliquent très bien. On remarque bien l'époque grâce à des têtes couronnées, pour ne citer que le Prince Bavière et sa cousine Sissi, mais aussi, grâce aux signes historiques dans la bande dessinée.

    La bande dessinée n'étant pas finie, j'affinerais mieux mon avis à la fin.

     

    Maë

    Lire la suite

  • Harfang

    Harfang   Autrice : Aurore Demilly

       Genre : Conte - Fantasy

       Résumer : À quelques jours de leur mariage, Lynette et Bran partent se promener en forêt. Le rendez-vous amoureux tourne rapidement au cauchemar quand leur route croise celle d'une terrible sorcière qui transforme les jeunes innocentes en oiseaux pour les mettre en cage. Lorsque Lynette est victime du sortilège, son bel amant est bien décidé à tout faire pour la sauver. Quel qu'en soit le prix...

     

         Mon Avis : C'est un conte adapté des frères Grimm, je n'ai jamais lu le conte donc c'est des regards neufs que j'ai découvert l'histoire. Qui m'a beaucoup touché, mais m'a laissé sur ma faim hélas ! Il faudrait sans doute que je lise le conte pour savoir si c'est l'histoire originale qui est comme ça ou pas. Mais je fus au moins satisfaite par les dessins, le graphisme, c'est ce qui m'avait attiré dans la Bande dessinée. Et j'en fus amplement satisfaite, c'est un régal pour les yeux, les détails sur les personnages sont présents comme pour les décors, sans qu'il en ait trop. Les couleurs sont principalement froides. Le livre est format comic's.

    Maë

  • The Infinite Loop

    Auteur : Pierrick Collinet & Elsa Charretier

    Genre : Science-Fiction

    Mon avis : Le livre fait passer un très beau message de tolérance et d'amour, surtout dans le tome 2. On voit que nos deux personnages principaux veulent s'aimer, mais le fait que l'une soit une anomalie et que ce soit deux femmes va compliquer les choses. Les dessins sont très bien, avec des couleurs très voyantes, ce qui attire beaucoup le regard, et évite de faire remarquer le manque de petit détail niveau décor, ce qui ne dérange pas vraiment. Les personnalités des deux personnages principaux sont bien travaillées à comparer des personnages secondaires. L'univers de ce monde futuriste est bien recherché et s'appuie sur des événements du passé. La seule chose qui m'a déçu vient du tome 2, surtout la fin. On a l'impression qu’elle a été bâcler, car rien n'est vraiment résolu en fin de compte. Et l'on reste sur sa fin avec une tonne de questions, non résolues. On a l'impression qu'il a une certaine exagération. Mais je pense que c'est dû aux faites que l'histoire soit original, et du message quel veut faire passer les auteurs.

                                                                                                                   

    Maë

    Lire la suite