• Legends & Lattes

    Lu en anglais !

    Auteur(e) : Travis Baldree

    Genre : Cosy fantasy

    Résumé :

    « Viv, une orc mercenaire au passé sanglant, décide de changer de vie. À l’aide d’une légendaire pierre censée lui apporter la bonne fortune, elle se lance dans une entreprise audacieuse : la création d’un café. Un pari risqué, car dans la ville de Tuine, les elfes, lutins et autres ratelins ignorent tout de ce breuvage peu ragoûtant. Et lorsque les hommes de main du Madrigal, la mafia locale, viennent s’en mêler, et que l’un de ses anciens compagnons d’armes rôde alentour, Viv sait d’expérience que son aventure ne se déroulera pas sans embûches…

    Aux côtés d’une succube très perspicace, d’un hobgobelin mutique et de divers alliés improbables, Viv devra réussir à se tailler une place dans un monde qui lui est inconnu, tout en protégeant coûte que coûte ce qui compte le plus pour elle. »

     

    AVIS

     

    INTRIGUE

    C’est de la cosy fantasy, on ne risque pas d’avoir une intrigue remplie de bataille et de complots épiques. Mais ! Bienvenue dans le monde terrible du bussiness de… café et viennoiseries ! Et oui, c’est tout une affaire. 

    Bien qu’il ne se passe pas énormément de choses, l’histoire reste dynamique et intéressante. Après oui, c’était prévisible et il y a quelques facilités scénaristiques. Cependant, je n’ai pas ressenti de longueurs. Chaque chapitre, chaque ligne avait sa place dans ce roman.

     

     

    PERSONNAGES

    Ah, que des amours ! Et tout le monde a un faible contre le sucre et la caféine, ça les rend tout bonnement attachants. Plus sérieusement, j’ai aimé suivre Viv et ses compagnons dans cette aventure. Clairement, ce ne sont pas des personnages révolutionnaires dans le genre mais ils n’en restent pas moins agréable à découvrir.

     

     

    RELATIONS

    Les relations, quelles soient amicales ou amoureuses, sont bien écrites. Je ne pense pas avoir eu l’impression qu’elles étaient forcées. Ca coulait naturellement.

     

     

    PLUME

    L’auteur a quelque chose de magique dans sa plume. Je n’aime pas le café, ça me donne envie de vomir. Allez savoir comment, j’ai passé la totalité de la lecture à avoir envie de goûter les boissons décrites et à saliver devant les pâtisseries proposées par Viv. Quand je vous dis que je n’ai jamais eu autant envie d’aller cambrioler ma boulangerie.

     

     

    AUTRES

    C’est cosy, très feel-good mais attention, ce n’est pas pour autant qu’on ne parle pas de thématiques pertinentes : réorientation professionnelle et épanouissement personnelle, l’importance des rêves et la difficulté qu’on peut rencontrer quand on propose quelque chose de nouveau, le harcèlement et les préjugés…

     

    ____________________

    En conclusion, une superbe lecture si vous voulez vous détendre avec de la fantasy feel-good à 100%. Mais je préviens, mieux vaut avoir quelque chose à grignoter sous la main !

    Alex

  • Le coeur en braille BD

    Auteur(e) : Joris Chamblain & Pascal Ruter & Anne-Lise Nalin

    Genre : Jeunesse contemporain

    Résumé :

    « Jusque-là, pour Victor, une année scolaire, c'est du saut à l'élastique sans l'élastique. Ce qu'il préfère ? Écouter les Rolling Stones, se gaver de loukoums avec son copain Haïçam, parler mécanique avec son drôle de père... Mais lorsque Marie-José, génie absolue, déboule dans sa vie un beau jour de contrôle de maths, c'est tout son univers qui implose... Pourquoi, soudainement, cette intello et violoncelliste de talent, a-t-elle besoin de lui ? Une amitié étrange va naître entre ces deux ados que tout oppose. Vont-ils pouvoir cacher le secret de Marie-José jusqu'au bout ? »

     

    AVIS

     

    INTRIGUE

    L’intrigue est certes simple mais vraiment mignonne. C’est juste l’histoire d’une rencontre merveilleuse entre deux adolescents qui doivent faire des choix pour leur avenir et ils pourront compter sur l’un et l’autre.

    C’est doux, bienveillant et tout simplement touchant.

     

     

    PERSONNAGES

    Les personnages sont super attachants (mention honorable pour le pote Haïçam) et ils sont si humains. Forcément, en 76 pages, c’est compliqué d’approfondir énormément ses personnages mais les auteurs et la graphiste ont réussi à donner du caractère, du développement et une conclusion satisfaisante à nos chers héros/héroïnes.

     

     

    RELATIONS

    Il y a une petite romance toute choupinou mais aussi émouvante entre ses pages. Vous verrez, c’est comme un bon chocolat chaud.

    Mais il n’y a pas que cela, il y a aussi une relation père-fils encore fragile, une amitié entre deux amis remplie de compréhension et aussi, une relation entre une jeune fille et son violoncelle. Parce que oui, ça parle de violoncelle ! (raison #2 du pourquoi j’ai tout de suite acheté la BD)

     

     

    GRAPHISME

    Raison #1 du pourquoi j’ai tout de suite acheté la BD. Je ne suis pas, entre guillemets, difficile. Je vois un style de dessin que j’adore, et voilà que le bouquin est kidnappé de la librairie (en toute légalité).

    J’ai beaucoup apprécié les planches en général mais je pense que ce que j’ai le plus aimé, c’est cette pallette de couleurs qui donne ce rendu quelque peu nostalgique et rêveur.

     

     

    AUTRES

    C’est beaucoup de chose cette BD, mais c’est aussi un ensemble de messages : sur le deuil (autant pour un être aimé que pour une vie changée à jamais), sur l’amour, sur la famille, sur l’handicap et j’en passe sûrement.

     

    ____________________

    En conclusion, je recommande si vous avez envie d’une petite lecture rapide mais qui assurément, saura vous réchauffer le cœur et vous toucher par ses nombreux thématiques abordées.

    Alex

  • La révolte d'une interne

    Auteur(e) : Sabrina Ali Benali

    Genre : Témoignage

    Résumé :

    « 11 janvier 2017. Sabrina-Aurore Ali Benali, jeune interne dans un service d'urgence, interpelle sur sa page Facebook " Sabrina Aurora " la ministre de la Santé sur l'état alarmant de l'hôpital en France. La vidéo est vue plus de 11 millions de fois en soixante-douze heures.

    Du jour au lendemain, Sabrina devient la voix des professionnels de santé du pays – qui se sont reconnus dans son message –, dénonçant le manque de moyens, les conditions de travail détériorées et l'épuisement de ceux qui, chaque jour, veillent sur nos vies. »

     

    AVIS

     

    L’autrice a voulu aborder de nombreuses thématiques, de manière abordable, en donnant des chiffres et des sources. Elle nous raconte également son parcours, son expérience mais aussi le ressenti de ses collègues et d’inconnus à propos du système de santé français.

     

    J’ai apprécié qu’on n’ait pas que le point de vue des médecins. Là, on parle des soignants dans leur globalité.

    J’ai aussi aimé que l’autrice consacre une bonne part de son roman aux patients parce que oui, comme elle le dit maintes fois, ce sont eux (et soignants, parce qu’ils sont aussi humains) qui prennent en premier dans le visage les défauts du système.

     

    Dites-vous que ça a été écrit en 2018. Malgré le fait que certaines mesures ont été prises (réforme des études et concours, attention aux rapports entre patients-soignant, hiérarchie moins soulignée, le 100% santé etc), cela reste trop insuffisant pour une demande qui ne cesse d’augmenter et des effectifs qui ne font que diminuer.

    Je préviens que pour ceux qui veulent vraiment un témoignage 100%, ce n’est peut-être pas le meilleur bouquin parce que l’autrice parle pas mal de politique (50%).

     

    ____________________

    En conclusion, ce livre est à la fois un témoignage et une œuvre engagée. C’est un appel au secours pour l’hôpital public mais aussi pour tous les soignants qui se battent chaque jour pour offrir des soins dans des circonstances souvent trop alarmantes.

    Alex

  • Comme dans un roman d'été [VF] / Beach Read [VO]

    Ecouté en audiobook !

    Auteur(e) : Emily Henry

    Genre : Romance

    Résumé :

    « Ils n'étaient pourtant pas faits l'un pour l'autre. Augustus Everett est un écrivain " sérieux ", considéré comme le nouveau génie des lettres américaines. January Andrews ne compte plus les bestsellers publiés, mais dans un tout autre registre : la comédie romantique. Si elle multiplie les happy endings, Augustus réserve à ses personnages des destins épouvantables. Aux antipodes l'un de l'autre, ils vont néanmoins se croiser et se lancer un défi.
    Elle passera l'été à écrire un grand roman littéraire, lui s'essayera à une comédie sentimentale. Afin de trouver l'inspiration, January organise pour Augustus des excursions romantiques, et lui l'emmène à la rencontre de personnes à l'existence brisée. Chacun devra achever son roman avant la rentrée et, bien évidemment, aucun des deux n'imagine tomber amoureux. Bien évidemment. »

     

    AVIS

     

    INTRIGUE

    Une petite romance d’été qui m’a fait passer un bon moment : alors certes, c’est une romance mais l’intrigue ne se résume pas qu’à cela. On va découvrir le passé de nos personnages, apprendre à les connaître.

    On va aborder des thèmes importants comme la maladie (plus particulièrement le cancer), la violence, les sectes, le deuil, ou encore les difficultés relationnelles qui peuvent découler d’une enfance compliquée.

     

     

    PERSONNAGES

    January et Augustus sont tous deux attachants, chacun à leur manière. Alors oui, ils ne sont pas les personnages les plus originaux du genre mais ils sont agréables à suivre. Bien qu’ils peuvent être un peu dramatiques sur les bords (theater kids no doubts).

     

     

    RELATIONS

    La romance est choupie. Elle se construit progressivement et j’ai aimé voir cette évolution cohérente, par étapes, qui donne une impression de continuité. Est-ce que ça m’agace toujours que la meuf bave sur le mec dès la première rencontre ? Oui. Est-ce que ça m’a gêné tout au long de la lecture ? Non.

    Mention honorable pour le père de January qui nous permet, à travers son histoire, d’évoquer de manière nuancée la complexité des relations humaines. Spoiler→ Je n’adhère pas à ses valeurs et la tromperie est pour moi un gros red flag sauf dans le cas où la personne ne peut sortir de la relation sans risquer des représailles (notamment dans les violences conjugales ou autres). Mais c’est toujours intéressant de voir pourquoi et dans quel contexte quelqu’un le fait et les conséquences que cela peut provoquer sur son entourage et lui-même.

     

    ____________________

    En conclusion, je recommande pour ceux qui cherchent une lecture rapide mais qualitative (actuellement disponible sur Audible, promis je ne suis pas sponsorisée). Ce n’est pas transcendant dans le genre mais ça fait son job.

    Alex

  • Cemetery boys

    Ecouté en audiobook !

    Auteur(e) : Aiden Thomas

    Genre : Fantasy YA

    Résumé :

    « Le visage de l’esprit était tordu par une grimace, ses doigts noués dans le tissu de son haut. Il portait un blouson en cuir noir avec un capuchon sur un t-shirt blanc, des jeans délavés et une paire de Converse. « Ce n’est pas Miguel », essaya de chuchoter Maritza, mais elle n’avait jamais vraiment eu une voix faite pour ça. Yadriel gémit et se passa la main sur le visage. Du bon côté des choses, il avait invoqué un esprit pour de vrai. Du mauvais côté des choses, il n’avait pas invoqué le bon. »

     

    AVIS

     

    INTRIGUE

    L’intrigue n’est pas compliquée, ça coule tout seul. On nous fait découvrir un trio assez atypique avec Yadriel, Maritza et Julian dans une enquête pour découvrir le mystère derrière une série de meurtres (notamment celui de Julian). Clairement, si vous êtes là pour une enquête surprenante et complexe, vous allez être déçu.

    L’histoire est, comme déjà mentionné avant, simple mais dynamique. Ca se lit bien. Les retournements de situation peuvent surprendre mais perso, j’ai déjà lu un autre livre avec typiquement le même villain et les mêmes motivations (Spoiler→ l’Anti-magicien de Sebastian de Castell) donc l’étonnement n’a pas été au rendez-vous.

     

     

    PERSONNAGES

    Au départ, j’avoue que les personnages ne m’ont fait ni chaud ni froid. Et puis petit à petit, malgré moi, je me suis attachée à Yadriel et Julian. Maritza est malheureusement pas assez présente mais c’est, sans aucun doute, la MVP du roman.

    Yadriel est attachant dans sa manière de vouloir être aimé pour ce qu’il est, et sa quête de reconnaissance est quelque chose à laquelle toute personne peut d’identifier (qu’elle soit dans la communauté lgbtq+ ou non, qu’elle soit dans la période de l’adolescence ou non).

    Julian est quant à lui, celui que j’ai trouvé le plus touchant. Ses sentiments, il les vit à 100% et il a une franchise dans sa manière d’être qui est admirable (comme on le dit si bien en anglais « he wears his heart on his sleeve »). Son passé et la violence qui l’entoure l’ont bien sûr influencé mais il reste fondamentalement quelqu’un de bien.

     

     

    RELATIONS

    J’ai trouvé vraiment mimi la relation d’abord amicale puis amoureuse entre Yadriel et Julian. Je regrette malgré tout qu’ils n’aient pas pris plus de temps, j’ai l’impression que l’auteur a fait progressé trop vite leur romance (ce qui peut être expliqué par le fait que l’histore se déroule sur maximum une semaine). Ca m’avait fait la même impression pour le livre « Et ils meurent tous les deux à la fin ».

     

     

    UNIVERS

    J’ai vraiment apprécié l’immersion dans la culture américano-latine avec cette fameuse fête del dia de muertos qui est incroyable niveau ambiance. Le côté fantasy (d’autres préféreront le terme « fantastique ») ajoute une pointe de mystique.

     

     

    AUTRES

    C’est un roman qui est engagé sur les thèmes de la transidentité et de l’homosexualité. Mais ça aborde aussi le fait que les traditions sont des pratiques et des connaissances à conserver sans toutefois les laisser nous emprisonner dans des valeurs qui ne sont pas les nôtres (le rôle des femmes/hommes, les rituels utilisant des animaux…). Ca évoque rapidement les violences et le racisme que subissent les minorités, les enfants qui sont déscolarisés pour diverses raisons.

     

    ____________________

    En conclusion, une histoire que je recommande si vous voulez du mystère, des personnages attachants, une romance mimi et tout cela, dans une ambiance estivale à la latina fashion.

    Alex

  • Ce qui nous hante

    Auteur(e) : Sacha Bazet

    Genre : Fantasy

    Résumé :

    « Après un long sommeil dans son coin de forêt, le château de Loubet reprend enfin vie. Le temps d'un été, il accueille la création d'un opéra contemporain par de jeunes artistes venus de tout le pays. Absorbés par leurs ambitions, leurs conflits et leurs espoirs, Bassem, Thelma et Giulia ne voient pas les griffes de la demeure au passé macabre se refermer sur eux. Seul le solitaire Gaspard soupçonne quelque chose : un certain Camille, un inconnu moqueur et invisible, s'est insinué dans les pages de son journal intime. Entre deux railleries, il le met en garde contre les dangers anciens qui rôdent dans les couloirs du château… »

     

    AVIS

     

    INTRIGUE

    L’intrigue est découpée en 4 actes. Celui que j’ai trouvé le plus intéressant est le second. Le premier est très introductif et met en place l’atmosphère mystérieuse du roman. Mais c’est vraiment dans le second que j’ai trouvé que ça devenait intéressant et je voulais en savoir davantage. Et puis il y a une baisse de régime dans le 3e et 4e actes : on a en grande partie révélé déjà tous les secrets du manoir et le reste se devine assez facilement.

    Les retournements de situations sont prévisibles (pour dire, dès le premier chapitre, j’avais déjà un personnage dans le colimateur et devinez quoi, j’ai eu raison). Pour le coup, c’est dommage quand on sait que c’est marketé comme un thriller fantastique.

     

     

    PERSONNAGES

    Les personnages (à l’exception de quelque uns : Gaspard et Spoiler→ les fantômes « anciens ») sont dans la grande majorité quelque peu insupportables. Après certes, ce sont des adolescences en pleine poussé d’hormones mais disons que cela n’arrange pas beaucoup l’image et les préjugés qu’on a de cette période difficile.

    Et les adultes dans ce roman sont aussi utiles que le « h » dans « aujourd’hui » : en bref, ils ne servent à rien sauf en tant que décor.

     

     

    RELATIONS

    J’aurais voulu vous dire que j’ai su reconnaître la profondeur et la complexité des relations humaines grâce à ce roman mais en toute honnêteté ? C’est une cour de récré de maternelle. C’est sublimé parce que c’est dans un château et il y a des choses étranges qui s’y passent mais à part ça, les relations de ce livre n’ont rien à envier de celles de Violetta (non, ce n’est pas un compliment).

    Malgré tout, les relations Gaspard/Camille et Giulia/Spoiler→Bénédicte sont assez touchantes : globalement, c’est une question de confiance en soi et la beauté d’être fidèle à ses valeurs. Spoiler→L’amour maternelle que montrent Anna et Bénédicte pour les enfants m’a aussi émue.

     

     

    UNIVERS

    Je me suis lancée dans ce roman avec des attentes : alors certes, on a bien le droit au manoir hanté (cf le chapitre 1) mais niveau ambiance, on m’a laissée sur ma faim. J’ai aimé le concept des Spoiler→morts qui possèdent les vivants et cette cohabitation forcée entre les deux ainsi que l’idée du manoir avec une conscience. Mais malheureusement, je n’ai ressenti aucun frisson et j’aurais pu adhérer à l’atmosphère si les personnages avaient été écrits autrement : comment voulez-vous que je plonge dans un climat sombre et mystérieux quand des clowns *tousse* Bassem, Thelma, Esther et tout le tralalala *tousse* ne cessent de casser l’ambiance avec leurs amourettes de gamins de 3 ans ???

     

     

    AUTRES

    Je tiens tout de même à saluer le travail éditorial autour de l’objet-livre : la couverture est magnifique, les petites illustrations au début de chaque point de vue sont bien pensées, les pages type journal ajoutent un plus au récit.

     

    ____________________

    En conclusion, ce sera sur une petite déception que finira cette lecture. Après, je pense que ça peut plaire à certain(e)s mais clairement, je ne ferai pas partie de ce groupe.

    Alex

  • Belles à tout prix

    Ecouté en audiobook !

    Auteur(e) : Valérie Pinneau-Valencienne

    Genre : Contemporain

    Résumé :

    « Au Spa Alfonso, niché au coeur de l'Andalousie, une équipe de professionnels de la santé prend soin d'une clientèle cosmopolite grâce à des techniques vivifiantes.

    Marie-Claude Le Goff, sexagénaire active, énarque et autoritaire, y rumine sa rage d'avoir été plaquée par son mari. Elle se lie d'amitié avec une autre curiste, Isabelle Kurland, veuve inconsolable, rêveuse et romantique. Les deux femmes vont s'apercevoir qu'au lieu de rajeunir certains clients y laissent leur peau. Elles s'improvisent alors détectives pour dénicher le responsable de ces mystérieuses disparitions... Crime et comédie font vite bon ménage au pays d'Almodovar, d'autant que la coriace Marie-Claude a l'oeil aux aguets ! »

     

    AVIS

     

    Clairement, ça casse pas trois pattes à un canard mais ça fait passer le temps (notamment en conduisant pour aller au boulot). C’est sympa, c’est frais (90% grâce à Marie-Claude sans aucun doute) et il y a un vilain qu’on peut détester sans remords. L'enquête est semblable à celles qu'on peut retrouver dans les cosy mysteries.

    Je regrette juste de ne pas avoir pu apprécier davantage le duo Marie-Claude/Isabelle. Pourtant, ça commençait bien et j’aimais leur dynamique. Et puis je ne sais pas pourquoi, l’autrice a cru bon d’ajouter une romance inutile entre Isabelle et Spoiler→ « David ». Il y avait aucune alchimie entre eux, c’est venu comme une crotte de pigeon dans l’histoire. Ca m’a gâché la lecture.

     

    ____________________

    En conclusion, si vous recherchez une lecture gratuite sur Audible (je ne suis pas sponsorisée, promis), pourquoi pas donner une chance à ce livre. Après, est-ce que j’aurais été allé vers ça spontanément si ça n’avait pas été gratuit ? Non.

    Alex

  • Les archives des collines chantantes #2 - Quand la tigresse descendit de la montagne

    Auteur(e) : Nghi Vo

    Genre : Fantasy Nouvelle

    Résumé :

    « Des tigresses métamorphes amatrices de poésie, des mammouths de guerre aussi impressionnants que placides, une jeune lettrée tiraillée entre son coeur et sa raison, fantômes, goules et esprits-renards à l’affût, aventures baroques et amours libres… »

     

    AVIS

     

    Bienvenue dans un nouveau récit folklorique, à l’ambiance mystique, et tout cela sous les formes d’une histoire d’amour entre une humaine et une esprit-tigre.

    C’est un second tome très sympa à découvrir (pas besoin de lire le premier tome). Comparé à la première nouvelle, je trouve qu’il y a une atmosphère un peu différente. Il y a toujours cette pesanteur mais c’est davantage dû au côté non-humain d’un des personnages principaux que pour l’histoire en elle-même.

    Globalement, il reste le côté « conte » associé à tout cet univers vraiment intrigant. Je me demande si c’est inspiré d’une légende en particulier ou non.

     

    ____________________

    En conclusion, je vais continuer mon exploration de cet univers avec cette collection de nouvelles que je considère très belle. Je vous le recommande si vous voulez une lecture courte qui vous fera balader dans des récits originaux à l’aura de mystère.

    Alex

  • Les miracles du bazar Namiya

    Auteur(e) : Keigo Higashino

    Genre : Contemporain/Fantastique

    Résumé :

    « En 2012, après avoir commis un méfait, trois jeunes hommes se réfugient dans une vieille boutique abandonnée dans l'intention d'y rester jusqu'au lendemain. Mais tard dans la nuit, l'un d'eux découvre une lettre, écrite 32 ans plus tôt et adressée à l'ancien propriétaire. La boîte aux lettres semble étrangement connectée aux années 1980. Les trois garçons décident d'écrire une réponse à cette mystérieuse demande de conseil. Bientôt, d'autres lettres arrivent du passé. L'espace d'une nuit, d'un voyage dans le temps, les trois garçons vont changer le destin de plusieurs personnes, et peut-être aussi bouleverser le leur. Un miracle de roman fantastique, émouvant et profondément humaniste. »

     

    AVIS

     

    INTRIGUE

    C’est le genre de livre qui aime bien rester flou dans sa direction et se transforme en un récit de communauté au fil des pages.

    Ce sont pleines de petites tranches de vie qui se connectent, de manière plus ou moins évidente. Je me suis laissée prendre au jeu et me voilà transportée par ces histoires, tantôt tragiques, tantôt frustrantes mais toujours inspirantes. Le petit élément fantastique ajouté donne un petit charme en plus. Un peu comme Tant que le café est encore chaud de Toshikazu Kawaguchi.

     

     

    PERSONNAGES

    Les personnages sont davantage vecteurs que réellement le sujet de mon attachement. Ils me permettent de ressentir la culture japonaise de par leurs réflexions, la manière qu’ils ont de réflechir et d’agir. Ils me permettent de ressentir la nuance humaine qui nous caractérise, d’insuffler de l’espoir mais aussi de la frustration face à des situations.

    J’ai tout particulièrement aimé le musicien-poissonnier (pour ceux qui savent) qui est le parfait exemple de ce que je mentionne ci-dessus.

     

     

    RELATIONS

    Il n’y a pas eu une relation en particulier qui m’a marquée. C’est vraiment cet ensemble qui rend beau le roman. On sent vraiment cette mentalité de collectivité.

     

     

    UNIVERS

    J’ai trouvé intéressant ce concept de lettres qui viennent du passé et cette communication entre différentes temporalités. C’est la première fois que je lis un livre qui utilise cette idée de décalage temporelle de cette manière : ça reste assez discret, ce n’est clairement pas l’élément qui est mis en avant (c’est davantage un moyen pour raconter les histoires) mais malgré tout, on a cette ambiance enchantée. « Un petit rien peut tout changer » semble résumer mon sentiment.

    Par exemple, j’ai plus souvent retrouvé cette utilisation du fantastique dans des films d’animations comme par exemple Your name.

     

     

    PLUME

    C’est une plume que j’ai trouvé fluide. Pas forcément poétique. Mais drôlement efficace. Après, ça reste une traduction et malheureusement, je ne sais pas encore lire le japonais.

     

     

    AUTRES

    C’est un livre touchant, doux mais aussi injuste. Et ça nous donne des pistes de réflexion sur la vie et comment chacun décide de la vivre. C’est, je trouve, assez influencé par la mentalité japonaise et de ce fait, avec cette vision davantage européenne qu’on possède, on peut prendre plus de recul, éprouver une discordance avec nos propres valeurs, et cela rend l’expérience vraiment intéressante.

     

    ____________________

    En conclusion, je pense que j’ai un faible pour les romans japonais. Ceux que j’ai pu lire ont toujours cet aspect doux même dans la dureté de la réalité. Une pointe d’espoir. Et j’aime beaucoup ce mélange entre vie du quotidien et un petit quelque chose de magique.

    Alex

  • L'arpenteuse de rêves

    Auteur(e) : Estelle Faye

    Genre : Jeunesse fantasy

    Résumé :

    « Myri est une Arpenteuse, elle a le pouvoir de s’immiscer dans les rêves des autres. Ce pouvoir est aussi une malédiction qui a causé la mort de sa jeune sœur, quelques années auparavant. Depuis, Myri se tient à l’écart des rêves grâce à la nerfolia, une plante interdite.

    Mais dans le royaume de Claren, quand on est une habitante de la ville basse, on n’échappe pas facilement à son destin. Une pollution inquiétante se répand autour des ateliers, le long du fleuve. Elle coïncide avec l’apparition d’étranges fantômes qui s’introduisent dans les rêves et les transforment en cauchemars. Alors, quand le petit Miracle est à son tour frappé par le Mal des fantômes, Myri n’a pas d’autre choix que de redevenir une Arpenteuse. »

     

    AVIS

     

    INTRIGUE

    Bien que linéaire et oui, on ne va pas se mentir, composée de retournements de situation prévisibles, l’histoire se lit très bien. C’est dynamique et les pages défilent. Après, on peut ressentir quelques longueurs, notamment dans la première partie du livre.

     

     

    PERSONNAGES

    Les personnages sont plutôt attachants et sont tous uniques à leur manière. Myri est sympa à suivre : on voit très bien que c’est juste une fille à qui le destin n’a pas été tendre, qu’elle essaye de son mieux mais qu’elle a dû s’endurcir trop vite. Mention honrable à Lélio et Colombe, mes deux cinnamon rolls.

    Le personnage qu’on peut voir sur la 4ème de couverture est intriguant : j’aurais voulu en savoir plus, de même que pour la Reine.

    Quant à Riog, c’est je pense, le personnnage que j’ai trouvé profondément émouvant. C’est un triton qui a vécu bien longtemps, voire peut-être trop longtemps. C’est un personnage hanté par un passé, une ère révolue, qui ne cesse de le consommer intérieurement. Et j’avais qu’une envie, lui faire des câlins même si c’est plutôt lui qui réconforte les autres. J’aurais adoré le voir davantage dans l’histoire.

     

     

    RELATIONS

    Les relations (familiales, romantiques ou encore spirituelles) dans ce roman sont touchantes : Myri avec sa sœur Lissem, Myri avec sa famille, Lélio avec sa passion, Armand avec Miracle ou encore Riog et son passé.

    Certains liens sont simples, d’autres beaucoup plus nuancés.

     

     

    UNIVERS

    L’univers est sympa, il y a du potentiel et je ne dis pas non à un autre livre dans ce même univers.

    Le pouvoir de Myri est un concept vraiment cool et l’histoire derrière son existence est intéressante. Mais ce que j’ai surtout aimé, c’est le monde qu’on ressent à travers Riog. Ca reste un jeunesse donc forcément, on ne va pas avoir un univers super complexe ou incroyablement approfondi, mais l’autrice a pris le temps de développer et de rendre l’univers cohérent. 

     

     

    AUTRES

    C’est, et la plupart de ceux qui ont déjà lu ce livre pourront en témoigner, un roman très engagé : sur l’environnement et l’action des Hommes sur nos terres, sur les disparités sociales, sur l’importance de la mémoire préservée, sur les rêves qu’on n’abandonne jamais totalement, sur l’épanouissement personnel. Et j’en oublie sûrement.

    A mettre dans les mains des plus jeunes pour sensibiliser.

     

    ____________________

    En conclusion, un jeunesse qui est engagé, agréable à lire, rempli d’aventure et de personnages attachants. Je recommande !

    Alex

  • Comment bien rater son mariage à Noël

    Ecouté en audiobook !

    Auteur(e) : Lucie Castel

    Genre : Romance

    Résumé :

    « À une semaine de mon mariage de rêve à Londres, mon wedding planner meurt étouffé en avalant le strass de la culotte d'une strip teaseuse.

    Peu importe ! Quand l'amour, le vrai, est là , rien n'est insurmontable. Mais s'il n'y était plus ? Et si cette catastrophe en annonçait plein d'autres ?

    La mort du wedding planner, j'aurais géré, la fermeture de tous les commerces suite à la contamination de l'eau, aussi.

    Je peux me passer (non sans cris et désespoir) de ma robe, de ma pièce montée, de mon traiteur et de mon bouquet, tant que William est à mes côtés. Mais voilà que mon prince charmant britannique me cache quelque chose ou quelqu'un.

    J'aurais dû voir les signes, ils étaient aussi gros que Big Ben. »

     

    AVIS

     

    INTRIGUE

    Bon, on ne va pas se cacher le fait que c’est l’histoire la plus rocambolesque et irréaliste du siècle. Mais que ça fait du bien !

    En tout cas, ça bouge. Pas une minute de pause et disons qu’avec ce premier chapitre, ça commence fort.

     

     

    PERSONNAGES

    Les personnages sont très attachants. Oui, ils sont un peu caricaturés. Oui, on n’est pas dans la finesse la plus grande. Mais comme je l’ai déjà mentionné, ils sont incroyablement touchants et adorables. Et même dans ce côté exagéré, on a une nuance des personnages.

    Que ce soit avec notre chère protagoniste au sarcasme infaillible, ou encore Méli avec son pragmatisme à toute épreuve et Thomas avec sa cool-attitude. Il y a peut-être juste William que j’ai trouvé moins présent et donc moins marquant.

     

     

    RELATIONS

    Je pense que dans ce 2ème tome, j’ai beaucoup plus senti les liens familiaux et amicaux que la romance. L’histoire d’amour est toujours là et Scarlett et William sont mimis ensemble. Mais c’est vrai que l’autrice se centre beaucoup plus sur les relations platoniques : l’amour profond entre Scarlett et sa famille, la fraternité entre Thomas et William, la relation toxique entre le cousin de Scarlett avec sa mère, ou encore l’amitié-haine entre future belle-fille/mère.

    C’est pour cette raison que je préfère qualifier ce roman de familial plus que romantique.

     

     

    PLUME

    J’adore la plume de Lucie Castel et je le remarque surtout dans ce tome. Alors oui, j’avais déjà apprécié le premier tome mais clairement, l’humour dans celui-là est incroyable. Il faut dire que la narratrice a pas mal aidé avec ses sublimes intonations.

    J’ai ri à de nombreuses occasions et tout le long de ma lecture. Franchement, quelle bouffée d’air frais !

     

     

    UNIVERS

    Maintenant que j’y pense, c’est vrai que je n’ai pas très bien ressenti l’ambiance de Noël. Alors certes, Scarlett mentionne à plusieurs reprises cet événement mais dans le décor ou même les agissements, ça sent pas les festivités. Après, c’est sûr qu’avoir une épidémie de gastro-entérite à l’E. Coli ça aide pas beaucoup à se mettre dans le mood, mais faites au moins péter les chants de Noël !

     

     

    AUTRES

    On rit, on s’esclaffe mais on sourit tendrement aussi, on s’indigne, on se voit dans les personnages parce que oui, l’autrice aborde des thématiques pertinentes et toujours d’actualité : l’homophobie, le deuil, la pression sociale, l’anxiété, l’abandon et j’en passe sûrement.

     

    ____________________

    En conclusion, une très bonne lecture que ce soit pour Noël ou pour toute autre période de l’année. On s’amuse à chaque page tout en s’imprégnant sans cesse des personnages et des difficultés qu’ils rencontrent.

    NB : bonne nouvelle, pas besoin de se souvenir du tome 1 pour profiter de ce roman ! (j’en suis la preuve vivante)

    Alex

  • Vive le vent

    Ecouté en audiobook !

    Auteur(e) : Jessika Devert & Annika Devert

    Genre : Contemporain/Romance

    Résumé :

    « Mère de trois filles, Emelie est fatiguée de son quotidien. Depuis que le père de ses enfants l'a quittée pour retourner vivre en Gambie, sa vie est une lutte de tous les instants. Elle se serre la ceinture et s'accommode d'un travail ennuyeux, se refusant à s'inscrire sur Tinder, malgré la pression de son entourage. Elle ne se sent pas prête, point barre. Dans ce contexte peu réjouissant, tout bascule le jour où elle reçoit une lettre inattendue...

    Il s'avère qu'Emelie a hérité d'une maison sur une île... En se rendant sur les lieux, elle reçoit le choc de sa vie. La maison est pleine à craquer de bibelots de Noël ! Emelie ne sait sur quel pied danser... mais ses filles l'aident à prendre sa décision : elles veulent rester sur l'île, et bientôt, elles quittent Växjö pour changer de vie. Il ne reste à Emelie que deux grandes questions à résoudre. Qui est vraiment cet Andreas, l'homme qui a hérité du cabanon au fond de la propriété ? Et que va-t-elle bien pouvoir faire de toutes ces décorations de Noël ? »

     

    AVIS

     

    Malheureusement, une bonne déception. Je n’ai tout bonnement pas réussi à me sentir concernée par ce qui se passe dans ce roman. Pour le coup, c’est du feel-good, tellement d’ailleurs qu’il ne se passe absolument rien.

     

    Emelie est une protagoniste qui, un coup m’agace, et un coup m’indiffère complétement. Je la trouve sans intérêt. Sa personnalité, c’est du copié-collé d’autres personnages féminins (en moins bien) et elle n’a pas de profondeur.

    La romance m’a saoulée : déjà, elle bave sur le premier mec qu’elle voit. Elle se tape une crise de jalousie contre sa fille (parce que malentendu bien sûr) qu’elle justifie parce que « le mec est trop vieux pour elle, faut que j’ai un mot avec lui ». Sans surprise, elle attend dix mille ans avant d’avoir la conversation, juste de quoi avoir biiiiien le temps de jalouser et faire sa « madame-je-sais-tout ».

     

    Seul point positif : les autrices parlent un peu du vécu en tant que mère avec des enfants issus de couple mixte, le racisme et les préjugés qu’on peut avoir à faire face. Elles abordent aussi la thématique de la maladie, notamment chronique et ce que les proches doivent parfois sacrifier pour prendre soin de la personne atteinte. Je crois qu’il y a eu d’autres thématiques mentionnées vers la fin (mais comme j’écouté plus trop…).

     

    ____________________

    En conclusion, et en toute honnêteté, si vous voulez du feel-good ambiance Noël, allez plutôt lire du Lucie Castel avec Pas si simple ou encore du Juliette Bonte avec Les vrais amis ne s’embrassent pas sous la neige (un peu plus centré sur la romance).

    Alex

  • Red Rising Tome 2 : Golden Son

    Golden SonAuteur : Pierce Brown

    Genre : Science-Fiction

    Résumé : « Aujourd’hui, je suis leur glaive.
    Mais je ne pardonne pas. Je n’oublie pas. »
    Deux ans ont passé. Darrow n’est plus un Rouge risquant chaque jour sa vie dans les mines de Mars. Il est devenu le Faucheur, un Or dont la réputation n’est plus à faire. Rien ne lui résiste. Pourtant, au fond de lui, Darrow n’a pas oublié. Il n’a pas pardonné. Mais il commet une erreur fatale : il sous-estime son ennemi. En un éclair, Darrow perd tout. Au pied du mur, Darrow doit élaborer une nouvelle stratégie… Sinon, tous ses efforts, tous ses sacrifices auront été vains. Et Eo sera morte pour rien.

    Avis : J’ai vraiment pris du plaisir à replonger dans l’univers lors de cette lecture commune avec Julie et Alex. On a étalé la lecture sur le mois, avec 3 chapitres par jour. Ce qui était une torture quand l’action arrivait, et qu’il fallait s’arrêter.

    Trop contente de retrouver comme personnage Sevro ! Il est celui que je comprends et que je trouve le plus honnête dans sa personnalité. Il ne change pas dans son comportement et sa personnalité. Mis à part, qu’il a mûri. J’ai peur dans le prochain tome qu’il meurt. Je le préfère largement au personnage principal.

    Mustang me casse les pieds tout le long de la lecture. Spoiler ➡️ Elle veut qu’il s’ouvre à lui, mais quand il le fait, elle lui reproche. Beaucoup de personnages sont hypocrites dans l’histoire : si pour certains c’est évident, pour d’autres, c’est un peu trop. Ce qui rend vraiment les personnages humains, en particulier dans leurs défauts, car aucun personnage n’est sain.

    La fin m'a énormément déçue. Je n’aime pas quand on s’acharne sur les personnages, et on peut dire que ce fut le cas pour la fin. Déjà que tout le long du livre, il essaye de se relever. En raison qu’il est sur le rasoir. Et quand enfin, il voit le bout, tout lui tombe dessus.

    Pour la fin, il faut savoir qu’il arrive beaucoup d’événements qui ne sont pas approfondis. Je me posais beaucoup de questions : ”Comment ?” et “Quand ?”

    Si ça ne tenait quoi moi, j’aurais changé la fin sur plusieurs points. Je ne pense pas enchaîner la suite immédiatement. J'aurais besoin de temps, mais je lirais le tome 3.

    Maë

    Vu que c'est une lecture commune avec Maë, je me permets de partager mon avis sous la sienne.

    Ce tome 2 ne m'a pas déçue, que ce soit au niveau de l'action (on ne reprend jamais vraiment son souffle), des personnages qui continuent d'être approfondis, ou encore de l'univers avec cette grosse part de politique.

     

    INTRIGUE

    J'ai apprécié que le rythme soit aussi tendu, ça permet de ne pas s'ennuyer une seconde. Bien que je puisse comprendre que Maë n'aime pas qu'on s'acharne sur les personnages, mon petit côté sadique ne peut que savourer les retournements de situations bien trouvés et les coups du sort qui ne cessent de me surprendre (alors que je m'étais spoilé déjà des éléments)!

    Seul bémol à mon avis : les répétitions. Je veux bien concevoir que c'est pour montrer la spirale mentale dans laquelle Darrow est plongé, mais dans d'autres cas, je trouve cela juste inutile (oui c'est bon, on a compris que sans Mustang, Darrow se serait transformé en Terminator 2.0, passons!)

     

    PERSONNAGES

    Sevro, mon amour! Comme Maë, c'est un personnage que j'aime beaucoup, autant pour son caractère que ses valeurs. Quant à Darrow, c'est un protagoniste qui reste vraiment attachant et qui n'a pas la vie facile : entre ses sentiments, ses dilemnes et ses ambitions, quoi de plus humain que de craquer.

    Il y a énormément de personnages en totalité, je ne vais pas parler de chacun d'entre eux en détails. Malgré tout, je tiens à noter que l'auteur a su mettre de la nuance et de la profondeur dans la majorité de ses personnages. Qu'on partage ou non leurs valeurs, on est obligé de constater le travail derrière.

     

    UNIVERS

    On a le droit à un univers toujours aussi riche. Je ne suis pas particulièrement fan de la politique mais même moi, je dois reconnaître que sans cet aspect du livre, le roman perdrait une partie de son charme. 

     

    Alex

  • Les larmes d'une reine

    Les larmes d une reineAuteur : C.W. Gortner

    Genre : Roman historique

    Résumé : Une trahison qui a changé le cours de l'Histoire...
    Fille d'Isabel de Castille et de Ferdinand d'Aragon, Juana est une femme gouvernée par ses passions. Son mariage arrangé avec Philippe le Beau commence comme un véritable conte de fées ; ils tombent amoureux au premier regard. Mais lorsque sa propre famille est tragiquement décimée, elle se retrouve, à l'âge de vingt-cinq ans, héritière du trône d'Espagne. Dès lors, Juana est au coeur d'une lutte d'ambitions sans pitié et sera même déclarée folle par les deux hommes de sa vie. Peu importe le prix à payer, Juana est prête à tout pour assurer l'avenir de l'Espagne et sa liberté.
    Les Larmes d'une reine est le récit captivant et émouvant de celle qu'on surnomma Jeanne la Folle, une femme en avance sur son temps, qui se battit farouchement pour le royaume qui lui revenait de droit, en dépit d'une trahison inimaginable. Un des secrets les plus sombres de l'Histoire, évoqué de façon saisissante par ce roman exaltant.

    Avis : Ce qui m’a incitée à lire ce livre, c’est de découvrir l’histoire d’un nouveau personnage historique. Je connais peu de choses sur l’histoire de la royauté Espagnole et Hasbourgeoise. En particulier à cette période de l’histoire. Celle d’après est plus connue, avec 3 têtes couronnées : Charle Quint, François 1er et Henri VIII.

    On découvre la culture espagnole et du comté Flamand. On découvre les alliances et les tensions entre les royaumes.

    Je connais plus Catherine d’Aragon, que ça sœur, Jeanne la Folle comme on la surnomme. J’ai adoré découvrir ce personnage méconnu de la Grande Histoire. Elle a très vite été éclipsée par certains membres de sa famille.

    Évidemment, qui dit royauté dit complots, trahisons et secrets. Ce que j’apprécie énormément. Cependant, j’ai eu beaucoup de peine pour cette reine. Une femme dans un monde d’hommes qui rêve de son indépendance, d’être aimé et qui a sacrifié beaucoup, personne ne l’a respectée. J’ai eu de la peine en apprenant ce qu’elle a subi. Elle est prise au piège entre sa patrie, sa famille et son époux. Un dilemme très dur, qui va finir par la détruire.

     

    Maë

  • This Golden Flame

    Lu en anglais !

    Auteur(e) : Emily Victoria

    Genre : Fantasy YA

    Résumé :

    “Orphaned and forced to serve her country’s ruling group of scribes, Karis wants nothing more than to find her brother, long ago shipped away. But family bonds don’t matter to the Scriptorium, whose sole focus is unlocking the magic of an ancient automaton army.

    In her search for her brother, Karis does the seemingly impossible—she awakens a hidden automaton. Intelligent, with a conscience of his own, Alix has no idea why he was made. Or why his father—their nation’s greatest traitor—once tried to destroy the automatons.

    Suddenly, the Scriptorium isn’t just trying to control Karis; it’s hunting her. Together with Alix, Karis must find her brother…and the secret that’s held her country in its power for centuries.”

     

    AVIS

     

    INTRIGUE

    C’était sympathique. Après, clairement, ça ne casse pas trois pattes à un canard, les retournements de situation sont prévisibles de A à Z, mais c’est distrayant. J’ai juste trouvé dommage que la fin soit autant remplie de drama inutile. Et niveau dynamisme, le climax faisait davantage impression d’un anti-climax.

     

     

    PERSONNAGES

    J’ai apprécié ce que l’autrice a voulu faire avec ses personnages. Ils sont attachants même si je garde cette petite impression de distance globale qui s’installe entre moi et les personnages. Je n’ai pas eu forcément de favori ou favorite dans le lot. Petit (+) pour l'autrice et l'effort de représentations lgbtq+!

     

     

    RELATIONS

    Je pense que c’est le plus gros point positif de ce livre et ça m’a fait une bouffée d’air frais : il n’y a pas de romance et s’il y en a, je suis passée au-dessus. Non, vraiment, ça fait du bien d’avoir une autrice qui se concentre sur les relations platoniques pour une fois.

    J’ai autant aimé l’amitié entre Karis et Alix qui commencent à se connaître que la longue amitié quasi familiale entre Karis et Dane.

     

     

    UNIVERS

    L’univers a du potentiel. Malheureusement, c’est un one-shot ET le premier livre écrit/publié par l’autrice donc elle n’a pas pu ou voulu trop se mouiller à mon avis. Après, il y a des concepts vraiment sympathiques qui ne demandent qu’à être exploité.

     

    ____________________

    En conclusion, une lecture sympathique qui se démarque par une héroïne aroace et des relations platoniques mises en avant, mais qui reste moyen sur les autres aspects.

    Alex

  • Le dernier lion d'albâtre

    Auteur(e) : Dana B Chalys

    Genre : Fantasy

    Résumé :

    « Dans les ruelles sombres de Tyniry, une ombre fugace évolue de toit en toit, aussi furtive qu'un rapace. Ashtiri, une ancienne esclave de 17 ans, est devenue voleuse pour survivre. La meilleure, d'ailleurs. Et sa réputation a franchi les frontières?: le roi d'Ofayne la mandate afin d'accomplir une mission décisive. Impuissant devant une armée de démons à la progression implacable, le souverain a l'espoir fou qu'Ashtiri retrouvera le dernier Lion d'albâtre, un mage-guerrier légendaire. Dans cette quête au cœur d'un environnement hostile, les convictions d'Ashtiri vacillent une à une face aux volontés des divinités cosmiques, maîtresses du destin des mortels. »

     

    AVIS

     

    INTRIGUE

    L’intrigue en soit est assez basique : on va d’un point A à un point B et si on a un peu de chance, on n’a pas besoin de passer par le point C pour retourner au point B. Enfin bref. Et puis le début prend son temps.

    Mais j’ai aimé les différents points de vue qui rend l’ensemble dynamique et pour une fois, il n’y a pas eu un PDV en particulier que j’ai trouvé plus prenant qu’un autre. Tous étaient intéressants et participaient à rendre le récit complet sans pour autant l’alourdir.

     

     

    PERSONNAGES

    J’ai aimé voir tous ces personnages qui sont très diversifiés. J’ai trouvé ça vraiment génial que l’autrice mette un point d’honneur à mettre de la représentation dans son livre.

    Malgré tout, j’ai ressenti une certaine distance entre moi et les personnages en général. Et j’ai trouvé le méchant peu charismatique. Mais il n’empêche qu’ils sont agréable à suivre.

     

     

    RELATIONS

    J’appréciais les nombreux types de relations et surtout, j’ai trouvé rafraîchissant d’avoir un livre où la romance n’est pas forcément présente mais plus la notion d’amour dans son sens large. Je trouve ça plus intéressant à explorer.

     

     

    UNIVERS

    Si vous voulez un univers riche et développé, bienvenue ! Non franchement, j’ai beaucoup aimé ce que l’autrice a fait avec cet aspect du livre, que ce soit au niveau du système de magie, des multiples cultures et civilisations qui sont très inspirés de ce qu’on a dans notre réalité ou encore, la politique. Même si on peut trouver ça un peu simpliste par rapport à certains autres world-buildings, je sens néanmoins que l’autrice a réellement pris le temps de faire des recherches.

     

     

    PLUME

    Ca me plaît pas de le dire mais j’ai tout bonnement eu un mal de fou avec le style d’écriture de l’autrice, et spécifiquement ses dialogues. Je les ai trouvé forcés, ressemblants à ceux qu’on retrouve dans les "mauvais" télédramas français.

    Cependant, vers la fin, j’ai moins galéré et je suspecte que le côté action m’y a aidé.

     

     

    AUTRES

    C’est un livre qui aborde des sujets intéressants, parfois assez philosophiques : l’esclavage, la confiance en soi, l’importance de la mémoire collective, la répression de peuples et de cultures. Et j’en oublie sûrement.

     

    ____________________

    En conclusion, le premier roman que je découvre de cette autrice et je suis agréablement surprise. Je vous le recommande surtout si vous voulez une aventure de fantasy avec un univers bien construit et des relations qui ne sont pas basées que sur la romance.

    Alex

  • Ca risque de faire mal!

    Auteur(e) : Adam Kay

    Genre : Témoignage

    Résumé :

    « Devenir médecin à l’hôpital ? Adam en rêvait… jusqu’au jour où il a commencé à exercer ! Il a découvert les semaines de 97 heures où le médecin gagne moins que le parcmètre des urgences. Un chaos de bruits et de cris. Un monde où l'on doit renoncer à toute vie sociale… Dans ce témoignage à la fois cruel et plein d’humour, un jeune interne nous fait découvrir un quotidien qui se révèle à la fois cauchemardesque et terrifiant. Heureusement, il y a la dérision qui permet de garder un peu de légèreté. Et surtout, il y a des éclairs de bonheur, notamment quand Adam fait naître un enfant ou que ses patients lui confient leurs petites histoires. Tendres, déchirantes ou drôles, ces histoires sont un concentré d’humanité faisant oublier le quotidien du métier. L’un des plus difficiles, mais aussi l’un des plus beaux métiers du monde. »

     

    AVIS (Coup de coeur!)

     

    Ah… Comment donc vous parler de ce livre qui m’a fait pleurer et rire, qui m’a poignardée et révoltée contre un système injuste ?

    Ca risque de faire mal !, c’est l’histoire d’Adam Kay en tant qu’interne puis médecin gynéco-obstétricien dans l’hôpital britannique.

     

    C’est rempli d’anecdotes touchantes, qui nous montrent la beauté du métier. C’est aussi drôle, avec cette humour noire et sarcastique assez caractéristique qu’on finit par développer dans le milieu. C’est de l’humanité dans sa source même, des liens qui se créent et des expériences communes entre soignants, entre patients, dans une communauté entière.

    Mais c’est également des années et des années de souffrance physique et mentale, de sacrifices dans le domaine personnel mais aussi professionnel. C’est un dénoncement et un appel à la prise de conscience contre un système de santé qui ne fonctionne plus, qui tue petit à petit ceux qui le composent. C’est exprimer une vérité pour beaucoup de personnes.

     

     

    J’ai adoré découvrir le vécu d’un médecin dans le système de la NHS (National Health System) et les moments contradictoires qui peuvent en découler. Bien sûr, on n’est pas dans le même pays, il y a des différences mais le problème fondamental est le même : les soignants se tuent au travail dans des conditions terribles et les patients sont les premiers à en souffrir. Evidemment qu’il n’y a pas que de mauvaises choses et tout n’est pas à jeter. Mais il y a définitivement de quoi faire niveau améliorations.

     

    J’ai aussi été profondément marquée par le témoignage d’Adam Kay qui, d’une certaine manière, est littéralement en train de nous narrer sa descente en enfer. Que ce soit au niveau de sa santé physique où son corps le lâche doucement mais inexorablement, ou de sa santé psychique et sociale qui ne cesse d’être négligée. J’en ai pleuré parce que je ne pouvais rien faire face à cette injustice. Comment donc réagir face à quelqu’un qui a tout donné pour son travail et les valeurs qui lui sont chères et qui malgré tout, a dû faire le choix de partir parce que ça l’aurait tué de rester ? C’est frustrant et horrible. Et ça l’est encore plus quand on réalise que ce n’est pas le pire des scénarios.

     

    ____________________

    En conclusion, si vous voulez lire un témoignage sur le sujet de la médecine au Royaume-Uni et tout cela avec un superbe fond d’humour sarcastique, je vous le recommande x1000 !

    Alex

  • Shielded

    Lu en anglais !

    Auteur(e) : Kaylynn Flanders

    Genre : Fantasy YA

    Résumé :

    “The kingdom of Hálendi is in trouble. It's losing the war at its borders, and rumors of a new, deadlier threat on the horizon have surfaced. Princess Jennesara knows her skills on the battlefield would make her an asset and wants to help, but her father has other plans.

    As the second-born heir to the throne, Jenna lacks the firstborn's--her brother's--magical abilities, so the king promises her hand in marriage to the prince of neighboring Turia in exchange for resources Hálendi needs. Jenna must leave behind everything she has ever known if she is to give her people a chance at peace.

    Only, on the journey to reach her betrothed and new home, the royal caravan is ambushed, and Jenna realizes the rumors were wrong--the new threat is worse than anyone imagined. Now Jenna must decide if revealing a dangerous secret is worth the cost before it's too late--for her and for her entire kingdom.”

     

    AVIS

     

    INTRIGUE

    C’est assez linéaire comme intrigue : on va d’un point A à un point B et on galère un peu parce que sinon ce n’est pas drôle. Grosso modo, c’est toute l’histoire.

    Dis comme ça, on pourrait penser que c’est vraiment catastrophique mais en réalité, c’est distrayant et dynamique.

    SpoilersPar contre, la confrontation finale avec le « grand méchant » est un peu bancale.

     

     

    PERSONNAGES

    Les personnages sont sympas mais ils ne sont pas marquants pour autant.

    Jennesara est ce que j’appelle une protagoniste classique qu’on retrouve un peu dans tous les YA. Elle manque un peu de profondeur même si elle reste attachante.

    Les « méchants » sont… nuls. Vraiment, ils sont clichés, pas nuancés. L’histoire ne permet pas de ressentir d’empathie ou d’intérêt pour leur cause.

     

     

    RELATIONS

    La romance, bien que très mimi vers la fin, a un début un peu trop forcé. Ca ne fait pas naturel. Ils se sont rencontrés il y a moins d’une demi-journée et bien sûr, voilà le cliché du « il n’y a qu’un seul lit » et boum, ils s’aiment.

    Ce que j’aurais adoré avoir davantage dans l’histoire : la relation frère-sœur entre Jenna et son frère Ren. Trop sous-développé à mon goût, surtout que ça change de la romance assez basique.

     

     

    UNIVERS

    L’univers est cohérent bien que certains aspects restent flous et sans réel explications. J’aurais bien voulu en savoir davantage sur la forêt. Niveau originalité, on n’est pas au top mais j’ai apprécié les inspirations nordiques.

     

    ____________________

    En conclusion, une lecture sympa pour passer le temps mais ce n’est pas une histoire qui va révolutionner le genre non plus.

    Alex

  • Letters of Enchantment #1 - Divine Rivals

    Lu en anglais !

     Auteur(e) : Rebbeca Ross

    Genre : Romantasy YA

    Résumé :

    “All eighteen-year-old Iris Winnow wants to do is hold her family together. With a brother on the frontline forced

    to fight on behalf of the Gods now missing from the frontline and a mother drowning her sorrows, Iris’s best bet is winning the columnist promotion at the Oath Gazette.

    But when Iris’s letters to her brother fall into the wrong hands – that of the handsome but cold Roman Kitt, her rival at the paper – an unlikely magical connection forms.

    Expelled into the middle of a mystical war, magical typewriters in tow, can their bond withstand the fight for the fate of mankind and, most importantly, love?”

     

    AVIS

     

    INTRIGUE

    J’apprécie ce que l’autrice a voulu faire avec cette intrigue : certes, ce n’est pas l’histoire la plus révolutionnaire du monde mais l’autrice a su utiliser ce fil narratif pour nous faire découvrir les coulisses de la guerre.

    C’est dynamique. Je n’ai franchement pas senti de longueurs. Entre les moments tranquilles où on apprend à découvrir et à apprécier les personnages et les moments un peu plus tendus qui nous font palpiter le cœur, c’est un tour en montagnes russes qui nous est offert.

     

     

    PERSONNAGES

    J’ai beaucoup aimé les personnages et c’est ce qui m’a fait autant apprécié le livre, j’en suis sûre.

    Iris et Roman sont tous les deux attachants : j’admire la persévérance et le courage d’Iris autant que j’applaudis la loyauté et la détermination de Roman. Bien sûr, ils ne sont pas dépourvus de défauts mais ça les rend humains.

     

     

    RELATIONS

    La romance est évidemment présente une bonne partie de l’aventure. Mais je ne trouve pas qu’elle alourdisse de manière excessive l’intrigue. Les relations amoureuses dans ce roman ne sont pas un obstacle à l’avancée de l’histoire, je dirais même qu’elles aident à comprendre la complexité des liens humains en temps de guerre.

    Iris et Roman forment un duo que je trouve très plaisant. Le rivals-to-lovers est en puissance entre ces deux-là : j’adore leurs petites querelles et les clashs qu’ils s’envoient, mais j’aime aussi leurs moments doux et romantiques (leurs échanges de lettres, je fangirle à fond dessus).

     

     

    UNIVERS

    A travers l’expérience d’Iris en tant que journaliste, on va être plongé dans l’univers de la guerre et plus particulièrement, du côté des civils : c’est « l’Arrière ». C’est intéressant de voir comment s’organisent les communautés autour de ce phénomène et les conséquences. Notamment, j’ai aimé le personnage de Marisol qui représente pour moi toutes ces personnes qui doivent laisser partir ceux qui leur sont chers sans savoir si elles les reverront un jour, et pourtant qui ne cessent de se battre de leur manière : les soins, les rations, les transports d’armes, etc…

    On a un petit aperçu de l’horreur du front, même si cela reste assez superficiel. J’ai apprécié voir l’impact que cela a sur nos protagonistes.

    On a également un contexte de dieux qui foutent le bazar (comme d’habitude). Comme c’est de la romantasy, c’est vrai que je ne m’attendais pas de toute façon à avoir un univers développé et complexe mais c’est vrai que je reste sur ma faim par rapport à la mythologie. Le côté « conflit » a compensé mais du coup, je ne vois pas trop l’intérêt de l’aspect fantastique.

     

    ____________________

    En conclusion, une très bonne surprise qui nous fait découvrir une romance trop mimi avec un arrière-fond de guerre entre déités. Rien que pour Iris et Roman, je recommande !

    Alex

  • Coeurs de Sorcière

    coeur de sorcièreAutrice : Genevieve Gornichec

    Genre : Fantasy

    Résumé : Les hommes meurent. Les dieux meurent. Elle survit ! Le destin d'une sorcière, d'une femme, d'une mère face aux dieux. Angrboda est une sorcière condamnée à l'anéantissement pour avoir refusé de partager tous ses secrets avec Odin, le roi des dieux nordiques. Transpercée et brulée vive à 3 reprises, elle parviendra à échapper à la mort, perdant sa mémoire et son cœur au passage. Ce n'est que le début d'une histoire plus troublante : Angrboda tombe amoureuse de celui qui lui rendra son cœur... Loki, dieu ô combien célèbre pour la discorde qu'il sème sur son passage. Voilà qui ne promet pas à Angrboda une vie paisible. Tour à tour mère de trois enfants terribles promis à un destin apocalyptique, Hel, déesse des morts, Fenrir, le loup craint par les dieux eux-mêmes, et Jörmungand, un serpent géant, Angrboda peut néanmoins compter sur son amie Skadi, la déesse de la chasse. Mais c'est oublier Odin qui veut retrouver Angrboda et lui arracher ses derniers secrets, quitte à déclencher le Ragnarök, la dernière guerre totale entre dieux, géants, créatures fantastiques qui détruira le monde.

    Avis : Il est agréable d’avoir un livre en fantasy avec les dieux nordiques, et non grecs comme à chaque fois. En plus, on ne suit pas une divinité du panthéon principale mais une sorcière, plus exactement une géante. Ce qui est fascinant, car on se trouve à prendre partie lors du Ragnarock pour Fenrir et les autres. Ce qui offre un point de vue différent et rafraîchissant. Le tout en explorant d'autres facettes des divinités, ce qui m'a permis d'en détester certains et d'en apprécier d'autres.

    Surtout que l’histoire narre plusieurs années. On a des ellipses très bien menées qui ne choquent pas et qui font rappeler celles des récits mythologiques. Pour quiconque n'ayant pas les bases de la mythologie nordique, ce n'est pas très grave car à la fin, on trouve les appendices qui nous en apprennent plus.

    Cependant, le livre ne joue pas dans la même cour que ceux de Madeline Miller, qui ont un Level au-dessus. Petit point qui pourrait gêner certain(e)s (ce qui ne fut pas mon cas), c'est qu'il n'y a pas de chapitre. Le roman est coupé en 3 parties non équitables, ce qui est normal en sachant qu'elles rythment les changements importants dans l'intrigue, une coupure nette.

    On trouve aussi des répétitions au niveau de certaines informations inutiles, qui alourdissent le texte. Spoiler ➡️ Plus gros exemple est la description du jouet en bois en forme de loup que Loki a offert à Hel. À chaque fois qu’il est mentionné, l’autrice re-précise pourquoi l’objet à cette allure, que petite Hel le mâchouillait et qu'elle le triturait entre ses mains tout le temps. Il aurait mieux valu donner les informations avec parcimonie. Le lecteur comprend facilement quand quelque chose est important dans l'histoire avec quelques informations bien glissées.

     

    Maë